Publié le 28 Juillet 2014

Il est intéressant de voir combien Nietzsche n'a rien contre la lutte, qu'il met très en avant la joute chez les Grecs, qu'il connaît leur tempérament inter-cité (à mille lieux de nos réseaux inter-cités). Alors surgit dans l’œuvre de Deleuze cette étrange chose : " La lutte au contraire est le moyen par lequel les faibles l'emportent surt les forts, parce qu'ils sont le plus grands nombre. C'est pourquoi Nietzsche s'oppose à Darwin : Darwin a confondu la lutte et la sélection, il n'a pas vu que la lutte avait le résultat contraire à celui qu'il croyait ; qu'elle s"lectionnait, mais ne sélectionnait que les faibles et assuriat leur triomphe. " Deleuze, Nietzsche et la philosohie.

 

"Anti-Darwin. - Ce qui me surprend le plus, quand j'embrasse du regard les grands destins de l'homme, c'est d'apercevoir toujours le contraire de ce que Darwin et son école voient ou veulent voir aujourd'hui : la sélection au profit des plus forts, des mieux partagés, le progrès de l'espèce. Le contraire est partout saisissable : l'annulation des coups de chance, l'inutilité des types supérieurs, l'inévitable domination des types moyens et même inférieurs à la moyenne. ... Cette volonté de puissance dans laquelle je reconnais la raison dernière et le caractère de toutes les modifications, nous fournit le moyen de comprendre pourquoi la sélection ne joue pas au profit des exceptions et des réussites heureuses ... Si étrange que cela semble, on a toujours à défendre les forts contre les faibles, les heureux contre les malheureux ; les bien portants contre les dégénérés et les tarés. ... Je vois tous les philosophes, je vois la science à genoux devant la réalité d'une lutte pour l'existence qui est le contraire de celle qu'enseigne l'école de Darwin --- C'est-à-dire que je vois partout dominer et subsister ceux qui compromettent la vie et la valeur de la vie. L'erreur du darwinisme me pose un problème : comment peut-on être aveugle au point de voir faux sur ce point justement ? ... En somme l'accroissement de puissance chez une espèce est peut-être moins bien garanti par la prépondérance des types médiocres et inférieurs.. Ces derniers ont la fécondité et la durée ; les premiers augmentent le danger, le ravage rapide, la prompte régression du nombre."
XVI, § 685, NzVP°III,395.

 

Au regard de cette extrait on comprend que Nietzsche soit contre mais pas contre les luttes (joutes) et les ravages. Ce sont toujours les pusillanimes qui ont peur de cela, peur du sacrifices qui rend terribles (pensez aux 300 des thermopiles). Les question est dès lors existe-t-il des types supérieurs ou des types créateurs. Toute la philosophie de Nietzsche a été de remplacer les types supérieurs et améliorés par des types créateurs, ce qui inventent de nouveaux modes de vie, pas exactement des dandys comme Dan Bilzerian ou Michel Onfray (qui depuis 2000 assume sa dimension de Paraclet, de consolateur de ceux qui ne sont pas dandys et fortunés).

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Le Cazals

Publié le 27 Juillet 2014

Je vous ai samplé ici ce qui me semble être la première occurrence de la puissance du faux dans l’œuvre de Deleuze, Puissance du faux donc je vous avais parlé ici.

 

"Celui qui veut le vrai veut d'abord déprécier cette haute puissance du faux : il fait de la vie un "erreur", de ce monde une "apparence". [Or] l'art est la plus haute puissance du faux, il magnifie "le monde en tant qu'erreur", il sanctifie le mensonge, il fait de la volonté de tromper un idéal supérieur. [...] Ce qui est actif dans la vie ne peut être effectué qu'en rapport avec une affirmation plus profonde. L'activité de la vie est comme une puissance du faux, duper, dissimuler, éblouir, séduire. Mais pour être effectuée, cette puissance du faux doit être sélectionnée, redoublée, répétée, donc élevée à une plus haute puissance. La puissance du faux doit être portée jusqu'à une volonté de tromper, volonté artiste seule capable de rivaliser avec l'idéal ascétique et de s'opposer à cet idéal avec succès.
L'art précisément invente des mensonges qui élèvent le faux à cette haute puissance affirmative, il fait de la volonté de tromper quelque chose qui s'affirme dans la puissance du faux. Apparence pour l'artiste ne signifie plus la négation du réel dans ce monde, mais cette sélection, cette correction, ce redoublement, cette affirmation Alors vérité prend peut-être une nouvelle signification, vérité est apparence. Vérité signifie effectuation de la puissance, élévation à la plus haute puissance. Chez Nietzsche, nous les artistes = nous les chercheurs de connaissance ou de vérité = nous les inventeurs de nouvelles possibilités de vie." Deleuze, Nietzsche et la philosophie, DZNP_109/117.

 

Rappelons que Nietzsche ne croit pas "à l'existence d'un instinct de connaissance qui serait le père de la philosophie" NzBM°6. "Dans toute ma vie on ne retrouve pas un seul trait de lutte, je suis le contraire d'une nature héroïque ; vouloir quelque chose, aspirer à quelque chose, avoir un but, un désir tout cela je ne le connais pas par expérience." NzEH°9. Ce sera l'occasion de l'article suivant.

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Le Cazals

Publié le 26 Juillet 2014

Bouygues, l’entreprise, dans son langage édulcoré nommé un problème sujet, pour ne pas réveiller la mauvaise conscience de son interlocuteur. Mais cela serait valable pour n'importe quel cas. Et si l'on pense en bon prof de philo, que les problèmes (nouvelles des étudiants) vous arrive toujours par mail. On peut dès lors penser par un raisonnement de proche en proche que le sujet est contenu dans l'objet du mail.

Ainsi le problème est objet des mails ou encore objet tout court. Peu avant nouvous parlions de lam anière dont Spinoza se foutait des sujets. Là on peut aller plus loin dans le renversement d'une situation inconfortable par l'écriture.

Deleuze parlait de ce pouvoir de l'écriture qui en énonçant l'évènement mettait à distance le traumatisme (à propos de Blanchot ou de Klossovski). On retrouve celau aussi "chaque fois nous devons doubler cette effectuation douloureuse par une contre effectuation qui la limite, la joue, la transfigure" (Deleuze Logique du sens, 188). Le transformisme c'est cela. Nous y reviendrons à propos de la littérature.

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Le Cazals

Publié le 20 Juillet 2014

"Spinoza, en rédigeant son magistral Traité théologico-politique, ne se considère guère comme l'auteur des récits qu'il reprend. Il y découvre chaque fois un agencement collectif de gloses et de copistes impossibles à débrouiller. Toute sa thèse consiste précisément à récuser le statut d'auteur et de témoignage propre. La prophétie est pour Spinoza l'impersonnel du rêve, habitée de lieux et de légendes anonymes, complexes, dont l'énonciation ne relève d'aucun sujet, s'effaçant devant la montée presque géographique et historique des événements, visibles seulement par ce retrait de l'auteur."

de Quelqu'un

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Le Cazals

Publié le 7 Juillet 2014

Faute de pouvoir résumer de manière synthétique le livre de Thomas Piketty, en voici quelques extraits :

La principale force déstabilisatrice <du capitalisme> est lié au fait que le taux de rendement privé du capital (r) peut-être fortement et durablement plus élevé que le taux de croissance du revenu et de la production (g).

L'inégalité r > g implique que les patrimoines issus du passé se recapitalisent plus vite que le rythme de progression de la production et des salaires. Cette inégalité exprime une <tension> fondamentale; L'entrepreneur tend inévitablement à se transformer en rentier, et à dominer de plus en plus fortement ceux qui ne possèdent quel eur travail. Une fois constitué, le capital se reproduit tout seul, plus vite que ne s'accroît la production Le passé dévore l'avenir.

Au XXe siècle ce sont les guerres qui ont fait table rase du passé et qui ont fortement réduit le rendement du capital, donnant ainsi l'illusion d'un dépassement structurel du capitalisme et de cette <tension> fondamentale.

L'expérience historique indique en outre que des inégalités de fortune aussi démesurées n'ont pas grand chose à voir avec l'esprit d'entreprise, et ne sont d'aucune utilité pour la croissance" _942-944. On pensera au plan malthusien de réduction de la population mondiale à 2 milliards pour que l'oligarchie conserve ses droits, qui n'est pas seulement un fantasme, mais l'aspiration de qui est déconnecté de la jubilation de la création.

Piketty donne par ailleurs une vision assez intéressante de la Révolution française, celle donc Kafka se permettait de dire :

Pour Piketty, "L'incapacité de la monarchie française à moderniser ses impôts et à mettre fin aux privilèges fiscaux de la noblesse est bien connue, de même que l'issue révolutionnaire finale, avec la convocation en 1789 des états généraux, qui débouche sur la mise en place d'un nouveau régime fiscal dès 1790-1791 (avec notamment la taxe foncière mettant à contribution l'ensemble des propriétaires terriens et des droits de succession frappant l'ensemble des patrimoines) et sur la " banqueroutes des deux tiers" en 1797 [... ] qui permet de solder les compte de l'Ancien Régime.

Piketty en profite pour tordre le cou à certains présupposé,s notamment sur l'inflation _724-729, celle-ci ne réduit pas le rendement moyen du capital, freinant l'accumulation du capital par les rentiers mais elle le redistribue ; redistribution qui " se fait plutôt au détriment des patrimoines les plus faibles et au bénéfices des plus élevés ". _728

> tension est mis pour "contradiction logique"

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Le Cazals

Publié le 7 Juillet 2014

Bon il semble que les événements ne vous donnent pas raison. Comment se fait-il que la plupart des séparatistes soient des "Tchétchènes" : »Nowadays, the Ukraine is full of rumors that Chechens have arrived to support the Donetsk and Lugansk republics. To my knowlege this has not happened (yet?) [...] But I would not put it past Kadyrov to send in Chechen special forces as "volunteers" into the Donbass if things get really ugly there. Of course, the key thing would be to get Putin's go ahead for such a move.» mais aussi : www.rfi.fr/europe/20140531-est-ukraine-plonge-anarchie/ ... Etrange que le chef des séparatiste de Slaviansk soit un moscovite.µ
Dommage aussi que Sapir empire sur la fin de sa carrière. Ca peut arriver à tout le monde.
C'est vrai quoi, il faut aussi libérer les Ukrainiens russophones de Kiev, si on suit la logique de Poutine, précisément ceux qui lui font un grand doigt d'honneur, de même que les russophone d'Odessa sur qui on a tiré volontairement depuis les toits en mai (ville paisible sous tous rapports qui se moque de sa capitale).
Vous pourrez faire un billet sur les membres des ex-blackwater en Ukraine, mais ne pas faire l'inverse c'est dire combien Poutine serait bête. Comme de dire combien il rabaisse ses partenaires. Comparez tout au moins la situation en Ukraine et en Pologne sur les 20 dernières : cela semble parlant. Poutine a maintenu la tête de l'Ukraine par terre et à présent lui a foutu une arme sur la tempe. La plus sage décision fut la création d'une télévision russophone par la télévision tchèque, fait majeur si on connaît un tant soit peu les intérieurs et les salles de sejours ukrainiens.

Quand vous commencerez à faire quelque chose de sérieux sur l’Ukraine comme de mettre les pieds au milieu de sa diversité, vous nous ferez signe.

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Le Cazals