Il s'agit d'un dossier pour montrer comment les libertaires puis les socialistes ont apporté le sport collecyif avec des valeurs autre que la compétition pour améliorer l'hygiène de vie des ouvriers notamment. Il ne s'agissait plus d'une education physique réservée à une élite que se bataillaient médecins et militaires pour en mener la baguette. Le sport comme hygiène de vie, comme éducation sportive s'est répendu sous la forme d'assocations sportives scolaires à partir de 1890 (circulaire léon Bourgeois). Celle -ci précède la loi sur les associations de 1901. Le sport à l'école primaire fut introduit par la loi Faloux de 1850 de manière facultative. (wiki/Textes_officiels_

concernant_l'éducation_physique_et_sportive_en_France). Attaquons de suite sur Paschal Grousset, libertaire, qui de retour d'Angleterre introduisit les sports collectifs.

Paschal Grousset

Sous le pseudonyme de Phillipe Daryl, ses articles publiés dans le journal Le Temps, sur le sport et l'éducation ainsi que son ouvrage La Renaissance physique (1888), proposent une vision communarde des pratiques physiques opposée à la vision « versaillaise » des pratiques.
Il souhaite valoriser les plus faibles et les plus en difficulté ainsi que le plus grand nombre de pratiquants contrairement au modèle sportif qui valorise le champion et le plus petit nombre. Il écrira pourtant un tome de l'Encyclopédie des Sports (1892) consacré aux jeux de balles et de ballons et sera l'un des principaux artisans de l'introduction du football en France. Il cherche cependant davantage à promouvoir les jeux français que les sports anglais qu'il discrédite dans plusieurs de ses articles.
En octobre 1888, il crée la Ligue nationale d'éducation physique qui, globalement, rejette la compétition sportive en la considérant comme politiquement et moralement néfaste. Il s'oppose ainsi frontalement à Jules Simon qui a créé en juin de la même année un Comité pour la propagation des exercices physiques.
En effet, si Grousset est favorable à la pratique des sports en tant qu'hygiène de vie, il rejette toute idée de compétition, au profit d'un idéal de fraternisation et d'éducation populaire. Cela le place, à tous les égards (tant en politique qu'au niveau de l'idéal sportif), totalement à l'opposé d'un Pierre de Coubertin. Grousset, le vieux et Coubertin, le jeune se détestent réciproquement. Courbertin écrira dans une correspondance avec Philippe Tissié: Ce « Monsieur Paschal Grousset qui est un homme que je méprise et avec lequel je ne veux point avoir de rapports ».
wiki/Paschal_Grousset . La biographie de Grousset sur Wikipedia est très mauvaise = très plate et met difiicilement le personnage en relief.

Création d'un ministère des sports sous le Front Populaire. Un sous-secrétariat aux sports et loisirs est créé, il est occupé par Léo Lagrange. La droite qualifie immédiatement ce ministère de "ministère de la paresse".  wiki/Gouvernement_Léon_Blum_(1)

Football en France. En France, l'introduction du football se fait ainsi principalement par l'action des professeurs d'anglais qui ramènent de leurs voyages linguistiques outre-Manche règles et ballons dans les cours d'écoles. Les Britanniques sont également déterminants dans l'introduction du football en France. L'action des clubs britanniques parisiens des White-Rovers et du Standard AC fait plier l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) le 9 janvier 1894, qui, dans la droite ligne des clubs britanniques guindés, redoutait une expansion du football et de ses vices, comme le professionnalisme, les transferts et les paris et se refusait à reconnaître cette discipline. wiki/Football

Pierre de Coubertin et la Commune.
L'Esprit de courbertin est lié à la Commune un peu comme Ferry à mai 68 mais c'est fou comme on peut réécrire l'histoire. Je vous laisse visionner ce pdf de 3 pages
http://lemessagedecolette.fr/version2/lerespect/outils_pedagogiques/coubertin_fiche_10.pdf

Sport et lutte des classes
http://www.staps.univ-avignon.fr/S3/UE2/Histoire/HistoireL2.pdf

Sur l'évolution du sport à l'école en France de 1880 à nos jours (avec citation de Grousset et l'éducation physique pas encore sportive soumise à la rivalité en médecins et militaire puisque le secondaire et l'université sount réservés à une élite
ftp://ftp2.snepfsu.net/snepfsu/peda/histunss.pdf

Léo Lagrange et les jeux anti-facistes de 1936.
Léo Lagrange s'occupe aussi des Olympiades populaires, Jeux olympiques alternatifs qui devaient se substituer aux JO de Berlin. Prévues à Barcelone, les épreuves officielles qualificatives pour ces Olympiades populaires se déroulent le 4 juillet 1936 au stade Pershing à Paris. Léo Lagrange préside en personne ces journées. À travers leur club, la FSGT, ou individuellement, 1 200 athlètes français s'inscrivent à ces olympiades anti-fascistes. Pourtant, le 9 juillet, toute la droite vote « pour » la participation de la France aux JO de Berlin, tandis que l'ensemble de la gauche (PCF compris) s'abstient — à l'exception notable de Pierre Mendès France. Néanmoins, des sportifs français se rendent tout de même à Barcelone, où les Olympiades sont interrompues le 18 juillet 1936 par le pronunciamento militaire du général Franco. wiki/Léo_Lagrange
Tag(s) : #Sur l'art et la culture
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog