Qu'on arrrête de penser que l'on fonctionne à l'ère du pétrole voici une viédo montrant comment on peut aller de Los Angeles à Chicago avec pour tout carburant 80 litres d'eau vous avez bien lu et ça marche déjà : c'est la génératrice à Hydrogène ou moteur à hydrogène. Viennent quelques allusion aux moteurs ionique et magnétodynamique. Contre l'économie de la rareté centrée autour de l'épuisement de l'or et du pétrole après le chanvre voici donc les nouveaux systèmes de propulsion.

 

 

A présent voyons le moteur ionique qui propulsa la sonde japonaise Hayabusa. Ce moteur utilise des ions accélérés pour se propulser, par opposition au moteur chimique, qui brûle du carburant pour ce faire. La sonde Deep Space 1 utilise du xénon, qui est ionisé puis accéléré électriquement à la vitesse de 30 km/s. Les ions de xénon sont émis à cette vitesse hors du vaisseau et le propulsent donc dans la direction opposée.

 

Je ne reviens pas ici sur les fusées qui devraient fonctionner sur des moteurs non pas nucléaires mais magnétodynamique. Il me faudrait trouver quelques article à cette effet mais loin du secret militaire des scientifiques de la NASA travaillent dessus.

 

 


 

 

HHO BASICS
et
un petit historique

 

"On ne sort pas n'importe qui de
la matrice... l'esprit résiste farouchement au réel..." Morpheus

Aimeriez-vous remplir le réservoir d’essence de votre véhicule qu’au 4600 kilomètres et avec de l’eau ? C’est tout à fait possible techniquement et d’ailleurs des voitures transformées roulent déjà sur nos routes sans qu’on s’en doute.

La seule raison pour laquelle les constructeurs automobiles ne font pas les petites modifications nécessaires pour que leurs véhicules ne roule qu’avec de l’eau, c’est qu’ils ont pris des ententes avec les grandes corporations exploitant le pétrole de la planète. Le moteur à essence tel qu’on le connaît est désuet depuis plus de 90 ans !

Presque tous, nous avons entendu parlé d’une histoire d’un moteur à l’eau qui aurait été inventé depuis des dizaines d’années et dont le brevet aurait été acheté par les compagnies pétrolières et ce brevets s’empoussière encore sur une tablette quelque part. Ce n’est pas vraiment une légende urbaine.

Laissez-moi vous expliquer comment cela est possible, mais auparavant laissez-moi vous dire que le procédé que je vais vous expliquer n’entrave aucunement le premier principe de la thermodynamique pour ceux que ça inquiète. En résumé le principe dicte que « l’énergie totale d’un système isolé reste constante... L’énergie ne peut donc pas être produite ex nihilo (à partir de rien)… On ne crée pas l’énergie, on la transforme. » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_principe_de_la_thermodynamique )

En réalité dans un moteur qui fonctionne avec de l’eau au lieu de l’essence, il y a explosion de gaz quand même, mais les gaz de l’eau en fait, c’est à dire l’hydrogène (le carburant) et l’oxygène (le comburant), on y brûle de l’hydrogène qui est le gaz le plus explosif connu. Pour faire fonctionner un moteur à explosion conventionnel (celui dans votre voiture) il suffit que l’air qui entre dans le piston soit composé que seulement d’une partie sur 30 des gaz de l’eau et de 29 parties sur 30 d’air. Ce rapport est suffisant pour créer une explosion assez forte pour faire remonter le piston et donc faire tourner le moteur au régime voulu. Ce principe est bien connu de la science officielle.

La façon la plus simple de faire tourner son moteur avec de l’hydrogène ce n’est pas de faire le plein d’hydrogène dans une station à cet effet, mais plutôt de briser la molécule d’eau et de produire les gaz de l’eau à volonté (appelé HHO ou hydroxygène) juste avant son entré dans le moteur. En effet, accumuler les gaz de l’eau est très dangereux, car une simple étincelle ou un impact pourrait faire exploser le réservoir, la voiture et ses occupants…

Pour produire les gaz de l’eau à volonté, il faut « électrolyser » l’eau, c’est à dire faire passer un courant continu dans l’eau par l’intermédiaire de deux électrodes et on obtient de l’hydrogène d’un côté et de l’oxygène de l’autre. http://fr.wikipedia.org/wiki/Electrolyse_de_l%27eau

En se fabricant un simple électrolyseur dans un pot Masson d’un litre branché sur l’alternateur du véhicule, des patenteux réussissent facilement à aller chercher 30% d’économie d’essence avec leur véhicule. http://www.water4gas.com/ par exemple. Le rendement énergétique de l'électrolyse fait de cette façon est de 50-70%. Mais ou cela devient très intéressant, c’est qu’il est possible de transformer l’eau en ses constituants atomiques en utilisant des centaines de fois moins d’électricité que normale (wattage) par l’ajout d’une fréquence à l’électricité continue utilisé (DC) pour en faire l’électrolyse, mais évidemment, pas n’importe quelle fréquence ! Ce faisant, on arrive à produire plus de HHO que normale et qui nous redonne plus d’énergie qu’il a été nécessaire pour le produire. Ce qui se nomme un principe « sur-unitaire » qui produit plus d’énergie qu’il en demande. Et le premier principe de la thermodynamique vous allez me dire ! Sans trop disserter sur le sujet, je vous réfère à une vidéo de 21min. sur le sujet de l’énergie du point zéro qui explique assez bien comment, en apparence, on peut se retrouver avec des systèmes qui génèrent plus d’énergie qu’il est nécessaire pour les faire fonctionner. http://video.google.com/videoplay?docid=7149179286258431250 Mais j’aimerais quand même vous dire qu’il n’existe pas de « système thermodynamique fermé » à proprement dit tel que mentionné dans l’énoncé du premier principe de la thermodynamique. Dans tout système sur-unitaire, l’énergie supplémentaire entre dans l’expérience, c’est une façon de parler puisque que cette énergie est omniprésente. Cette énergie est ce que les physiciens quantiques appellent « l’énergie du point zéro ou l’énergie radiante », « Zero Point Energy (ZPE) ou Radiant Energy » en anglais.

En effet tout ce qui est matière; les milliards de différents types de cellules du monde végétal et animal, tout les sortes de cristaux, de minéraux, de molécules, d’atomes, toutes les formes géométriques et tout autre forme de matière, vibre à sa fréquence propre et ceci est mesurable et quantifiable. Tous nous savons qu’une cantatrice peut, en chantant la note représentant la fréquence d’une coupe à vin, la faire éclater aussitôt qu’elle a émit assez d’énergie dans sa voix à cette fréquence spécifique. Un diapason vibrant, va faire vibrer une corde de guitare syntonisé à la même fréquence juste en s’approchant d’elle. Des ponts gigantesques se sont écroulés parce que la vitesse du vent qui les soufflait créait l’oscillation exacte qui les a fait balancer jusqu’à l’écroulement. Quand on excite une matière avec sa longueur d’onde spécifique, elle se met à gagner en énergie et beaucoup plus rapidement que si on appliquait cette énergie autrement. Par le fait même, l’eau peut être excité à sa fréquence propre et requérir très peu de watt d’électricité pour qu’en électrolyse, l’eau se transforme en hydrogène et en oxygène. Là réside le secret, l’information qui nous est caché depuis longtemps.

Depuis déjà longtemps, des dizaines de chercheurs se sont penchés sur la capacité de l’eau à servir de carburant. Dr Andrija Puharish dans les années ’70 a découvert que l’eau électrolysée avec du courant continue pulsé à 600 cycles par seconde avait la plus grande efficacité pour atomiser l’eau en ses constituants. John Kelly lui a découvert les fréquences de 610, 620 et 12 000 (12 kHz) et la fréquence la plus efficace entre toute est 42,8 kHz qui est la fréquence connu de l’eau.

Le regretté Stanley Meyer était le plus connu de tout les chercheurs sur la production de HHO pour faire avancer une voiture. Dans les années ’80, il réussissait à électrolyser l’eau avec une minime fraction de l’électricité normalement requis pour transformer l’eau en HHO. Avec une invention qu’il avait choisis de livrer les secrets, il obtenait un rendement énergétique de 1700%. C’est à dire que la combustion de l’hydrogène produit par l’électrolyse lui procurait 17 fois la quantité d’énergie nécessaire pour produire le gaz. Stanley a une vingtaine de brevets à son actif et était reconnu partout en Ohio ou il passait avec sa « dune buggy » mu par l‘eau. http://www.youtube.com/watch?v=GDHT0hBgVOw L’industrie pétrolière lui a offert un milliard$ pour l’achat de ses brevets, ce qu’il s’est toujours refusé d’accepter. Le 20 mars 1998, il a signé un contrat avec le Département de la Défense Américaine pour participer à la construction d’un laboratoire de recherche d’une valeur de 30 millions$. Le lendemain, lors d’un souper célébration, il fût empoisonné et tombât raide mort dans le stationnement du restaurant.

Pour en savoir plus sur le travail de Stanley Allan Meyer;
et en vidéo et sur Google Knol

Plus en arrière dans le temps. En 1932, Dad Garrett déposa une demande de brevet pour un carburateur électrolytique qui fut accepté en 1935. Le 8 septembre 1935, à Dallas, Texas, Charles Garrett, le fils de Dad, fit une démonstration ou il fit rouler un moteur 4 cylindres d’une voiture pendant plus de 48 heures et seulement avec de l’eau. Le Dallas Morning News a documenté toute la démonstration. En décembre de la même année, Modern Mecanics reporta que le moteur fût en opération pendant plusieurs jours d’affilés. Pour en savoir plus; Garrett carburetor - Water-fueled car ET the Next Step in Energy Production, Engines and Lighting

Un autre inventeur victime de harcèlement et qui a quand même fait grandement avancé la compréhension de la combustion de l’hydroxygène dans un moteur de voiture, est Frank Roberts. En 2003, il a beaucoup contribué au groupe de discussion « Watercar » sur Yahoo. Avec toute cette information encore disponible, des personnes compétentes peuvent arriver à se construire ce qu’il faut pour ne plus jamais avoir besoin de passer à la pompe à essence. M. Roberts a conduit tous ses tests sur une Ford Taurus 1994 à carburateur à injection, qui consommait, à 65 miles à l’heure, 0,7 litre d’eau par heure. Si un gallon contient 3,785 L, il parcourrait 65 miles pour 0,185 gallon, donc 351 miles par gallon d’eau ou 0,67 litre au 100 km. Donc beaucoup plus d’argent dans ses poches à la fin de l’année qu’en roulant à l’essence.

Pour obtenir les plans et explications pour se construire son propre générateur HHO tel que conçu par Franck Roberts, voir ici.

Je vous ai parlé ici de quelques inventeurs seulement qui travaillent en recherche sur la production « sur demande » d’hydroxygène comme remplacement de l’essence pour les voitures et je vous ai parlé seulement que d’une seule technologie « sur-unitaire » qui permettrons éventuellement, l’Internet aidant, à l’humanité de se libérer de l’oppression du cartel mondial de l’énergie. Nikola Tesla a découvert et breveté voilà plus d’un siècle, une façon de produire de l’électricité à partir de l’énergie radiante. Depuis, des centaines de technologies et d’applications différentes sur-unitaires ont vu le jour oui, mais un jour encore trop à l’ombre parce que le mensonge est trop fort et la suppression, aux dernières nouvelles, encore trop présente.

Je prédis que le jour est proche ou la connaissance et la présence de ces technologies va être assez grande pour que la demande fasse basculer l’avantage en la faveur des être humain prêt pour la liberté.

Je vous invite à faire votre propre recherche.

Andy Dufresne

Tag(s) : #Sur l'invention et les découvertes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog